Communication mobile : une stratégie gagnante

 

La mobilité est définie comme étant une communication directe des personnes entre elles, par opposition aux communications au moyen de téléphones attachés à des lieux.

Au jour d’aujourd’hui, nous assistons à l’élaboration de la communication personnelle inaugurée par le téléphone cellulaire.

Les besoins des individus sont différents d’une à l’autre, d’une région et peut-être d’un pays à l’autre.

 

  Diversité des systèmes mobiles

 

D’ailleurs, la diversité des systèmes mobiles illustre cette panoplie de besoins qui s’échelonne du “nomadisme” (l’usager se déplace sur la surface du globe et utilise de nombreux services) au secteur “professionnel” (les systèmes mobiles sont principalement utilisés sur les lieux de travail par l’ensemble des membres de l’entreprise), en passant par “le privé” (les besoins des usagers sont concentrés autour de son domicile…).

Les diverses applications des mobiles centrés sur l’individu mettent en exergue l’absence d’universalité des systèmes mobiles.

Pourtant, il existe un système qui couvre la totalité du territoire en proposant l’intégration de divers services sur un même terminal et peut-être pour des besoins identiques.

D’ailleurs, un mobile est un système qui privilégie une communication, par l’intermédiaire d’au moins une interface non-filaire, entre des interlocuteurs (deux personnes ou groupes de personnes), dont l’un est en mouvement.

 

Les principes de la transmission non-filaire, de l’interaction humaine, des acteurs des filières de la convergence et de la communication en mouvement orientent la définition des systèmes mobiles et excluent les applications sans fil qui ne proviennent pas du secteur des télécommunications.

Les aspects techniques occupent une place importante, puisque les technologies ciblées par les différents opérateurs (Orange, Paritel, SFR, …) orientent la convergence des systèmes mobiles.

 

Le statut de la diversité et la technologie des mobiles font en sorte que la convergence attendue dans le secteur des télécommunications sera différente en fonction des systèmes mobiles considérés.

 

 

  Secteur des télécommunications

Avec un marché totalisant environ neuf milliards de dollars à la fin de l’an 2015, le secteur des télécommunications est encore en forte croissance.

Les revenus d’exploitation annuels se sont chiffrés à 98 milliards de dollars (Le Quotidien, 25 janvier 2017).

 

Les profits attendus et les nouveaux développements technologiques attirent autant les industriels que les opérateurs du secteur de télécommunications.

Pourtant, les mises de fonds nécessaires et le retour sur investissement sont tels que seules quelques grandes entreprises ont les capacités financières suffisantes pour occuper tout le spectre des systèmes mobiles.

En fait, il apparaît que la filière des technologies sans fil est riche d’innovations techniques et qu’elle correspond à des marchés spécifiques dominés par des acteurs dont la taille varie du niveau macro-économique au niveau macro-économique.

 

Les différences de statuts, de taille et de poids économique des opérateurs (on donne l’exemple de Paritel, Orange, Bouygues télécom…) constituent les facteurs décisifs des stratégies mises en œuvre.