Chaque année, 3.5millions de citoyens français pratiquants, célèbrent durant 4 semaines le mois de ramadan.

Chargé des affaires des musulmans, le Conseil Français de Culte Musulman (CFCM) communique d’ici quelques semaines la date du début et de fin de mois de ramadan en France et fixe les horaires du jeûne.

De la date du doute, à la nuit du destin et l’Aïd el Fitr en passant par la date de début et de fin du ramadan, ainsi que la durée du jeûne et les horaires de prières, les responsables du culte musulman prennent en charge toute cette responsabilité.

C’est quoi le ramadan ? 

Le ramadan est le mois le plus sacré pour la religion musulmane. Il est fait partie des cinq piliers de l’Islam. Moment de partage, de prière et de piété, le ramadan est un rendez-vous de spiritualité.

Les dates du ramadan varient selon l’observation du croissant de la lune, et le calendrier hégirien. Les dates du ramadan sont confiées par les autorités musulmanes de chaque pays. En France, c’est au Conseil français du culte musulman que revient cette tâche.

Chaque soir, à l’heure de la rupture quotidienne du jeûne, des savoureuses recettes embellissent les tales d’Iftar et réunissent tous les membres de la famille, les amis et les voisins qu’ils soient croyants ou pas.

Comment est déterminée la date du ramadan en France ? 

A partir de l’observation du croissant après le mois de Chaabane et durant tout un mois, les musulmans dans les 4 coins du monde devront cesser de manger, boire, de fumer ou encore d’entretenir des relations sexuelles de l’aube au coucher du soleil. Une période d’ascèse et piété

Durant le mois de ramadan les musulmans essayent de ne pas faire des pêchers, de parfaire leur spiritualité et leur relation.

Dans moins de deux mois, les quelques 3 millions de musulmans habitant en France seront invités à respecter le ramadan jusqu’à ce que le Conseil Français de Culte Musulman annonce la fin de ce mois béni et la venue de l’Aïd.

Ramadan 2018 en France 

D’après les prévisions astronomiques, et le calendrier higérien le mois de ramadan 2018 qui coïncide le 9ème mois de l’année 1438 du calendrier islamique, devrait normalement débuter le samedi 15 mai 2018 et s’achever le samedi 14 juin 2018 pour accueillir Aïd el-Fitr.

 

La mobilité est définie comme étant une communication directe des personnes entre elles, par opposition aux communications au moyen de téléphones attachés à des lieux.

Au jour d’aujourd’hui, nous assistons à l’élaboration de la communication personnelle inaugurée par le téléphone cellulaire.

Les besoins des individus sont différents d’une à l’autre, d’une région et peut-être d’un pays à l’autre.

 

  Diversité des systèmes mobiles

 

D’ailleurs, la diversité des systèmes mobiles illustre cette panoplie de besoins qui s’échelonne du “nomadisme” (l’usager se déplace sur la surface du globe et utilise de nombreux services) au secteur “professionnel” (les systèmes mobiles sont principalement utilisés sur les lieux de travail par l’ensemble des membres de l’entreprise), en passant par “le privé” (les besoins des usagers sont concentrés autour de son domicile…).

Les diverses applications des mobiles centrés sur l’individu mettent en exergue l’absence d’universalité des systèmes mobiles.

Pourtant, il existe un système qui couvre la totalité du territoire en proposant l’intégration de divers services sur un même terminal et peut-être pour des besoins identiques.

D’ailleurs, un mobile est un système qui privilégie une communication, par l’intermédiaire d’au moins une interface non-filaire, entre des interlocuteurs (deux personnes ou groupes de personnes), dont l’un est en mouvement.

 

Les principes de la transmission non-filaire, de l’interaction humaine, des acteurs des filières de la convergence et de la communication en mouvement orientent la définition des systèmes mobiles et excluent les applications sans fil qui ne proviennent pas du secteur des télécommunications.

Les aspects techniques occupent une place importante, puisque les technologies ciblées par les différents opérateurs (Orange, Paritel, SFR, …) orientent la convergence des systèmes mobiles.

 

Le statut de la diversité et la technologie des mobiles font en sorte que la convergence attendue dans le secteur des télécommunications sera différente en fonction des systèmes mobiles considérés.

 

 

  Secteur des télécommunications

Avec un marché totalisant environ neuf milliards de dollars à la fin de l’an 2015, le secteur des télécommunications est encore en forte croissance.

Les revenus d’exploitation annuels se sont chiffrés à 98 milliards de dollars (Le Quotidien, 25 janvier 2017).

 

Les profits attendus et les nouveaux développements technologiques attirent autant les industriels que les opérateurs du secteur de télécommunications.

Pourtant, les mises de fonds nécessaires et le retour sur investissement sont tels que seules quelques grandes entreprises ont les capacités financières suffisantes pour occuper tout le spectre des systèmes mobiles.

En fait, il apparaît que la filière des technologies sans fil est riche d’innovations techniques et qu’elle correspond à des marchés spécifiques dominés par des acteurs dont la taille varie du niveau macro-économique au niveau macro-économique.

 

Les différences de statuts, de taille et de poids économique des opérateurs (on donne l’exemple de Paritel, Orange, Bouygues télécom…) constituent les facteurs décisifs des stratégies mises en œuvre.

 

L’égalité devant la loi, ne signifie pas toujours égalité devant le juge


L’affaire du théologien suisse Tariq Ramadan, donne tout lieu pour s’interroger et se poser des questions sur la manière dont la procédure et principes pénaux sont pilotés par les hautes instances.
Dans cette affaire, une affaire plutôt classique, le nombre important de magistrats est étonnant. Bien plus souvent, seul un juge unique est désigné pour des affaires criminelles nettement plus compliquées et plus lourdes, impliquant plusieurs suspects et des réseaux entiers de délinquants.
Aurait-on donc besoin d’autant de juges pour sonder le dossier de l’islamologue.
Le plus intrigant, est que la mise en détention de ce dernier, une décision fermement prononcée pour le Procureur de la République au terme de sa période passée en garde à vue et ordonnée aussi par le Juge des Libertés et de la détention semble avoir comme motif principal, l’article 144 du code de procédure pénal portant sur les intérêts extérieurs.
Cette disposition procédurale, bien connue auprès des juristes, prévoit que le recours à l’encellulement d’une personne ne vient qu’au dernier moment si réellement aucune autre mesure ne se présente envisageable. Ce n’est qu’avec l’impossibilité de convoquer le mis en cause ou encore de le placer sous surveillance (par différents procédés), que le juge arrive à ordonner en dernier lieu le maintien en détention provisoire de quelqu’un puisqu’à ce niveau de la procédure, il a le droit de bénéficier de la sainte règle de présomption d’innocence.
C’est pour ainsi dire, que la mise en détention de Tariq Ramadan ne s’explique que par l’intention de remédier aux manques de fondement dans les témoignages des plaignantes qui se révèlent insuffisants.

Les soutiens dénoncent une sévérité du traitement


Le 21 février dernier, sur le site web d’information, Mediapart, dirigé par Edwy Plenel, un texte co-signé par plus d’une cinquantaine de personne a été mis en ligne, pour dénoncer notamment une sévérité du traitement judiciaire et médiatique dans l’affaire de l’islamologue Tariq Ramadan.
Les signataires ayant signé cet écrit, expriment leur refus d’une éventuelle instrumentalisation en rapport avec la lutte contre les sévices infligés aux femmes.
Parmi les signataires ayant venu au secours du théologien, une multitude de militants et grandes personnalités sensibles à cette affaire telle que la militante franco-algérienne dans le domaine politique Houria Bouteldja, connue pour ses prises de position et implications au sujet des indigènes de la République.
Même après avoir affirmé qu’il souffrait d’une sclérose en plaques ainsi que d’une autre neuropathie périphérique, la cour a jugé compatible l’état de santé de l’intellectuel suisse avec son maintien en détention, une décision que proteste fortement la défense de l’accusé.
En outre, les nombreux signataires estiment que l’islamologue a été condamné et jugé coupable avant même le début de l’enquête judiciaire par la presse médiatique et d’autres adversaires en guerre contre ses positions religieuses et politiques.
Le présumé voit son droit à la présomption d’innocence entièrement bafoué, indiquent les signataires, qui estiment d’un autre coté qu’il ne bénéficie pas d’une procédure judiciaire équitable, impartiale et régulière.

 

Au cours des dix dernières années, les dépenses des télécommunications ont fluctué en fonction de la conjoncture économique : elles ont fortement augmenté au milieu des années 90 avant de reculer à compter de “l’effondrement du secteur des télécommunications”, en 2000.

Le nombre d’abonnés à l’ensemble des services de télécommunication a progressé de plus de 225 millions par an entre 2000 et 2003, mais ce chiffre a bondi à plus de 320 millions par an en 2004-05, le nombre d’abonnés aux services mobiles augmentant de quelque 300 millions.

 

En valeur absolue, le total des dépenses d’infrastructure a continué de progresser entre 2000 et 2003, tandis que la hausse annuelle des dépenses d’investissement oscillait entre 4 % et 5 % selon la conjoncture économique.

Néanmoins, les dépenses d’investissement, fixes et mondiales, par nouvel abonné aux réseaux ont sensiblement reculé entre 1992 et 2000, de plus de 80 %.

 

Elles commencent à peine à se redresser, sous l’influence de la nouvelle génération de réseaux mobiles, le réseau UMTS 3G, qui est (nettement) plus coûteux que le G2, et du déploiement des réseaux à large bande HFC (réseau hybride fibre coaxial), même si leur incidence sur les dépenses est limitée compte tenu du nombre d’usagers adoptant ces nouveaux services.

Ainsi, quel que soit le montant annuel des investissements en valeur absolue, la tendance, d’après les derniers chiffres publiés par l’UIT (Union internationale des télécommunications), est généralement au déploiement de réseaux de télécommunications toujours moins chers par nouvel abonné à mesure que la base d’abonnés s’élargit.

 

C’est là l’aboutissement naturel de la chute des prix des équipements et des nouvelles technologies de radiotéléphonie mobile.

 

Mais, qu’en sera-t-il par la suite ? À court terme, compte tenu de la mise en service rapide des réseaux, les dépenses devraient rester stables, puis diminuer, alors que le nombre total d’abonnés augmentera jusqu’à 2025 environ.

 

Le coût par abonné devrait décroître rapidement à compter de 2015, la nouvelle infrastructure légère assurant une mise en service continue dans les zones pauvres et non saturées des régions en développement.

 

Dans les années qui suivent, et jusqu’à 2030, l’investissement total diminue sous l’effet de la baisse considérable du coût des technologies, dû à l’arrivée de technologies moins coûteuses (fibre optique…), quoique perfectionnées, et de la tarification au volume.

Ces deux facteurs auront des effets déflationnistes manifestes sur 20 ans, les coûts bruts, qui se composent de frais de renouvellement et d’entretien des équipements existants et de l’investissement dans les nouvelles infrastructures, diminuant de quelque 80 %.

 

  Opérateurs télécoms : investissement dans les nouvelles infrastructures

L’investissement dans les nouvelles infrastructures lui-même devrait diminuer en ampleur, le nombre d’abonnés atteignant le seuil de saturation ; la majeur partie de l’investissement sera donc consacrée au renouvellement et à l’entretien des équipements.

   Leader des télécoms en France

Les télécoms construisent l’avenir de l’économie française.

Paritel, entreprise de télécommunication française, (opérateur télécom pro) détient près de 30 % du marché au premier trimestre 2017, alors que “Orange” dépasse Bouygues Télécom.

Paritel, leadership en Europe, est au service de plus de 200 millions de clients sur les continents.

 

Une vie meilleure, un monde meilleur, c’est ce que nous promet le géant japonnais du multimédia et des appareils technologiques Panasonic.
Pour toute personne qui désire acquérir un nouvel appareil photographique, il n’est parfois pas évident et perturbant de faire un choix dans une vaste gamme d’appareils hybrides sous des noms différents et bradés de chiffres plus ou moins bizarres, il y a de quoi s’y perdre.

À cet effet, et pour vous faciliter la tache, on a sélectionné pour vous dans cet article, les meilleurs appareils photo hybrides de la marque Panasonic.

 

Panasonic : Lumix GX80, le performant hybride du milieu de gamme


Vidéo 4K, double stabilisation, écran tactile, Panasonic ne cesse d’innover et de sortir des appareils à objectif interchangeable, un savoir faire à mi-chemin entre un hybride amateur et un hybride expert. Avec un capteur CMOS 4 / 3 qui joue le rôle d’impasse sur le filtre passe pas et un nouvel obturateur à faible vibration et donc plus silencieux, permettent à Panasonic de procéder à une amélioration de la netteté des images. L’innovation du GX80, porte sur une double stabilisation (capable d’être utilisée et en photo et en vidéo, une option qui n’était pas possible sur le GX8), 2 axes sur l’objectif et 5 autres sur le capteur. Le retour d’un flash intégré est aussi de la partie.

À première vue, la qualité de fabrication du GX80 paraît correcte avec 9 touches programmables et un écran LCD tactile 3’’ orientable sur charnière.
Parmi les autres caractéristiques de ce modèle, il faut noter la présence d’une technologie innovante propose à Panasonic, celle qui permet de modifier ou d’ajuster le focus après la prise de vue ou bien celle du Wi-Fi qui favorise le contrôle et le transfert à distance de photos vers un appareil téléphonique. La Panasonic GX80 est un excellent hybride qui joue le rôle de concurrent très sérieux des très bons Fujifilm et Olympus.
Le GX80 est vendu aujourd’hui à partir de 570 euros.
Vous pouvez également retrouver le Lumix GX80 et ainsi qu’une fiche profile sur le site expert en High-Tech « On a testé pour vous.fr » dans la rubrique ‘‘ Tests ’’.

 

Panasonic : Lumix GF7


Les GF représentent les modèles d’entrée de gamme chez les hybrides Lumix.
Un élégant design inspiré des hybrides Lumix minuscules du type GM, doté toutefois de dimensions encore plus généreuses, le GF7 est facile à glisser dans une poche ou dans un sac, accompagné d’un faux-prisme en guise de garage pour le flash rétractable ainsi que d’une grosse charnière pour l’écran.
En ce qui concerne la qualité d’image, le GF7 offre une véritable position grand-angle et un résultat final très nette. Quant à la dynamique du capteur, elle ne manque pas de coffre, le contraste et la clarté des couleurs sont très satisfaisants. Parallèlement, le GF7 a reçu de véritables progrès par rapport à la génération précédente sur le plan de gestion du bruit.
Le GF7 est un hybrides très réactif, doté de fonctionnalités ludiques, capables de faire des images d’excellente qualité jusqu’à des sensibilités accrues, peu encombrant et au tarif assez doux. Le GF7 est vendu actuellement aux alentours de 500 euros.Apprenez plus sur le Panasonic GF7 dans la rubrique ‘‘ Tests ’’ du site spécialisé en High-Tech « On a testé pour vous.fr », pour vous aider à cerner vos besoins et retrouver l’appareil qui répondra au mieux à vos envies et préferences.

 

On vous retrouve dans un autre article sur le thème de la beauté et de la mode. Cet article est dédié à toutes celles qui souhaitent savoir comment paraître séduisante et sexy sans tomber dans la vulgarité.

La solution est simple, si vous souhaitez être sexy il faut montrer vos atouts beauté sans pour autant trop abuser.

 

Si vous profitez d’une taille marquée, n’hésitez pas à mettre en valeur votre belle silhouette. Si vous avez des belles jambes, sortez vos mini-jupes et mettez-vous en robe. Par contre si vous bénéficiez d’une poitrine généreuse évitez à tout prix le décolleté plongeant et osé.

Pour celles qui profitent d’une poitrine généreuse et qui souhaitent ne pas paraître vulgaire, nous conseillons les décolletés carrés qui donnera une valeur à votre cou tout en montrant valorisant votre poitrine.

Comment choisir ses habits?

 

Toutefois, vous ne pouvez pas mettre tous vos atouts en valeur. Une robe courte avec un col décolleté très osé vous fera tomber sans aucun doute dans la vulgarité.

Nous vous conseillons de choisir un de vos points forts et de choisir l’habit qui fera de vous une femme attirante et sexy sans le moindre risque d’être vulgaire.

Côté maquillage, si vous avez décidé de porter une tenue sexy lors d’une soirée ou d’un dîner en amoureux, nous vous conseillons d’opter pour un maquillage simple, limite discret.

Favorisez également des vernis à ongles sobres et évitez les designs trop osés et les paillettes.

 

Qu’il s’agisse d’une soirée, d’un rendez-vous professionnel ou d’un café entre amis, nous vous conseillons d’opter pour des accessoires simples, chic et élégant. Inutile d’associer un collier chargé avec une robe courte en dentelle.

Rappelez-vous que vous avez le droit de porter uniquement 3 bijoux. L’idéal c’est de porter des boucles d’oreilles fines ou un ras de cou simple et de l’associer avec une bague à perles et un bracelet en chaîne.

Faites comme elles

 

Nombreuses sont les femmes qui nous trouvons séduisantes et qui sont loin d’être vulgaire. Prenons l’exemple de Cristina Reali, la sublime brune aux yeux bleus ou encore d’Audrey Crespo-Mara, la journaliste et la présentatrice française qui nous cesse de nous émerveiller avec son style vestimentaire très distingué et son charme particulier.

 

En effet, l’intervieweuse et l’animatrice de l’émission « LCI Matin »,  Audrey Crespo-Mara a été élue la présentatrice de l’année grâce à son élégance et à son charisme sans pareil.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Les compacts experts

Ces appareils conservent l’avantage des dimensions du compact traditionnel, mais vont permettre d’aller beaucoup plus loin dans les réglages et donc de mieux contrôler le résultat final.

   Le principe :

Globalement, le principe de fonctionnement est le même que celui d’un compact classique.

La lumière passe à travers l’objectif, puis atteint le capteur. Ensuite, un convertisseur transforme les données pour les enregistrer sur la carte mémoire.

Certains compacts experts ont un objectif interchangeable, d’autres un objectif de série, ils sont toujours munis d’un flash intégré ainsi que tous les réglages connus (taille des images, balance des blancs, modes automatiques) (pour plus de détails, vous pouvez consulter “on a testé pour vous”).

Mais l’intérêt des compacts experts est qu’ils permettent d’accéder aux réglages manuels de diaphragme, vitesse et sensibilité.

Ce matériel est donc idéal pour les amateurs passionnés qui souhaitent choisir les paramètres de prise de vue et avoir toujours sur eux un petit appareil, parfois en complément d’un reflex.

 

   Avantages et inconvénients :

Il y a de nombreux avantages à choisir ce type d’appareil photo :

– Compacité. Les dimensions réduites restent celles d’un compact (rien à voir avec un reflex, très encombrant).

– Objectifs interchangeables. Sur la plupart des compacts experts, il est possible de changer d’objectif, comme sur un reflex.

Avec un peu de budget, vous pourrez vous équiper de plusieurs objectifs, souvent de très bonne qualité, et notamment, de focales fixes comme les pancakes, qui sont dotés d’une grande ouverture et sont donc très lumineux. Ils vous permettront de photographier quand il fait sombre sans pour autant augmenter la sensibilité.

 

 

 

 Mode rafale : la fonction miracle ?

La rafale permet d’enregistrer une séquence d’images.

Quand l’utiliser ?

On l’utilise donc plutôt lorsque le sujet se déplace rapidement : événements sportifs, photo animalière, etc.

Pour que cela fonctionne, anticipez les mouvements du sujet et commencez à déclencher un peu avant le début de l’action. Vous aurez ainsi plus d’images, et presque la certitude d’avoir la bonne action !

Imaginons que vous souhaitiez photographier le saut d’un dauphin dans un parc aquatique… Si vous commencez à déclencher avant sa sortie de l’eau, vous risquerez moins de le rater, car vous ne serez pas surpris par la brièveté de la scène.

La rafale sert aussi à décomposer et enregistrer une séquence de mouvements, comme la stroboscopie.

On emploie ensuite un logiciel de montage d’images pour les synchroniser et créer des effets très créatifs.

 

Pour conclure : le mode rafale permet d’enregistrer plusieurs images à la suite /, il faut anticiper pour obtenir un bon résultat.

Selon “on a testé pour vous”, un site comparateur de produits high-tech, “le Canon Powershot SX720 HS”, est l’un des meilleurs compacts du moment.

 

  Parti républicain :

“[…] Ce parti est l’un des grands partis politiques américains contemporains.

Contrairement aux démocrates, les républicains voient leur coalition changer considérablement, et ce, de manière notable dans les années précédant les élections de Ronald Reagan (homme d’État américain).

Outre, les électeurs blancs du Sud qui choisissent désormais, majoritairement ce parti, les républicains peuvent compter sur l’appui indéfectible de certains groupes très influents dans la société civile, comme les regroupements de la nouvelle droite religieuse, dont les membres tendent plus à voter en fonction de leurs valeurs sociales conservatrices, mieux représentée par le Parti républicain, que selon leur statut économique, moins élevé qui les avait fait pencher auparavant pour les démocrates.

Cette nouvelle droite religieuse, concentrée au Sud et regroupant une myriade d’obédiences protestantes évangéliques et fondamentalistes, partage plusieurs points avec la frange de droite des catholiques, qui est également plutôt conservatrice”, extrait de “les Républicains”, d’Audrey Crespo-Mara.

 Le Parti républicain dans les années 1980 :

Le Parti républicain, à l’aube des années 1980, peut également compter sur l’appui de deux groupes d’intellectuels qui lui fournissent de nouvelles armes idéologiques ayant une assez forte résonance dans la population américaine.

Le premier de ces groupes est celui des économistes néolibéraux, pour lesquels les baisses d’impôts constituent un moyen sûr d’atteindre la prospérité économique.

En recommandant aux élus de ne pas avoir peur de déficits budgétaires, ils permettent à ces derniers de marquer des points sur deux fronts populaires, mais, qui semblent logiquement opposés : une réduction de l’imposition fiscale et le maintien d’un certain niveau de l’investissement gouvernemental dans la société.

Un deuxième groupe d’intellectuels, qui donne à Reagan un avantage sur ses adversaires est composé de faucons néoconservateurs en politique étrangère.

Durant les années 1980, ils militent pour une politique américaine agressive face à l’URSS, considérant que la supériorité économique et technologique des États-Unis leur permet de défier l’Union soviétique et de l’essouffler au niveau militaire et économique.

Durant les années 1990, alors que les démocrates occupent la Maison-Blanche, les néoconservateurs deviennent les avocats de l’utilisation de la puissance américaine pour implanter la démocratie et pacifier des zones, comme le Moyen-Orient et la péninsule coréenne.

La dérive à droite qu’amorce la présidence de Reagan a de profondes répercussions sur la scène politique américaine.

Les démocrates doivent s’adapter, notamment en intégrant une parti du message républicain et en renonçant à certains des idéaux qu’ils avaient instaurés durant le New Deal.

Les “News Democrats” de Bill Clinton glissent alors vers la droite pour recentrer le discours.

Un bon exemple de ce glissement réside dans la priorité qu’ils accordent à la rigueur budgétaire.

Cette dernière se traduit par des tentatives de réforme des principaux programmes sociaux et de réduction de la taille de l’État dans le but d’obtenir un budget équilibré, de même que par l’assainissement des dépenses publiques pour restaurer la confiance des investisseurs en la prospérité macroéconomique du pays”, article écrit par la journaliste-présentatrice française “Audrey Crespo-Mara”.

 

Un photographe de paysage entretient toujours une relation d’amour et de haine avec la couleur (il sait que beaucoup de couleur peut être trop de couleur).

Bien qu’un paysage coloré puisse être plaisant, cette diversité de teintes peut gêner le regard et compromettre la composition.

 

   Limiter la palette :

Il peut sembler paradoxal de se détourner des scènes très colorées et leur préférer celles qui contiennent peu de couleurs, mais en procédant ainsi, vous serez récompensé par des images beaucoup plus faciles à composer, plus simples à exposer, et qui révèlent mieux les lignes du paysage.

La raison pour laquelle une diversité de couleurs vives attire le regard explique aussi pourquoi les couleurs n’apportent pas toujours quelque chose dans une image.

Certes, elles attirent l’attention, mais elles distraient aussi le regard, qui erre ensuite dans l’image.

Rien ne le retient, faute d’un élément sur lequel se poser. La couleur est attractive mais finalement déroutante.

  Les petites erreurs :

De subtils problèmes techniques peuvent également perturber la vision de l’image.

Une exposition correcte pour une couleur ne le sera pas forcément pour une autre.

Par exemple, la luminosité des jaunes sera correcte, tandis que les bleus et les violets paraîtront trop sombres.

Inversement, une exposition correcte pour les bleus foncés risque d’éclaircir les rouges et les jaunes.

Une inexactitude minime dans une exposition basée sur la couleur peut déséquilibrer très légèrement une image, mais d’une matière difficilement contrôlable.

Un autre aspect à prendre en compte est l’effet de la sortie finale sur les couleurs.

Celles d’un tirage papier sont moins vives qu’à l’écran.

   La tentation du monochrome :

Aussi étonnant que cela puisse paraître, une photo est d’autant plus forte qu’elle contient moins de couleurs.

Ce processus de simplification peut réduire l’image à seulement une ou deux couleurs.

Vous vous retrouvez en fin de compte avec un noir et blanc viré, ce qui nous ramène directement aux premières photos de paysage.

Éliminer toutes les couleurs permet de conserver uniquement les éléments fondamentaux de la scène (les variations tonales), ce qui permet de travailler sur les volumes, la gestion de l’espace et les lignes.

L’image est alors lisible quelle que soit sa taille, du timbre-poste à l’affiche.

Ceci est une notion importante si vos photos sont essentiellement destinées à être visionnées sur un écran d’ordinateur.

L’image paraîtra sans doute d’abord sou la forme d’une vignette, sur un site de partage en ligne ou sur votre site web personnel.

Il faut qu’elle attire l’attention afin d’inciter le visiteur à cliquer pour voir la version agrandie.

C’est pourquoi la photo doit être lisible même à une très petite taille.

 

  Quel appareil photo choisir ? (mieux qu’un comparatif)

La première question que se pose tout individu désireux de se lancer dans le monde de la photographie est le choix de l’appareil photo (je veux dire par là “la marque”).

Le choix d’un appareil photo est toujours une question épineuse.

Vous pouvez choisir l’appareil qui vous convient en consultant OPTV (on a testé pour vous) dans lequel vous trouverez l’avis et test du meilleur appareil photo compact.

Vous allez également trouver tout ce qu’il faut savoir sur les nouvelles technologies.

On a testé pour vous” est un site comparateur (testeurs) de produits.

Avec l’explosion des brasseries parisiennes et l’ouverture d’une distillerie au 10e arrondissement, boire un verre de vin blanc sorti tout droit de la rue de Montreuil c’est possible grâce aux nouveaux entrepreneurs qui se lancent dans une nouvelle aventure viticole en plein cœur de Paris.

Après la fermeture des derniers chais de Bercy dans les années 60, deux nouveaux chais de vinification ouvriront leur porte. Les vignerons Parisiens et la Winerie Parisienne, produiront en plein centre de Paris les plus bons vins de France. Même si le raisin ne vient pas forcement de l’île de France, toutes les étapes de production seront réalisées à Paris.

 

Du raisin de la compagne au vin de ville

Selon le dirigeant du négoce en vin le Raphaël Michel, Guillaume Ryckwaert, « c’est vraiment une idée audacieuse de faire renaître l’histoire viticole parisienne ».

C’est grâce à l’idée ingénieuse qui a germé en 2014, en entendant parlé de la nouvelle tendance de production d’alcool locale lancée à New-York, que l’un des fondateurs a décidé d’ouverture ce chai. « À Paris, il n‘y avait rien, du coup, j’ai décidé avec trois autres associés de produire du vin là ou les gens y consomment » à commenté le propriétaire du chai parisien.

L’ouverture officielle du vignerons parisiens est prévue pour le mois de mars 2018. À quelques kilomètres, rue Montreuil, on retrouve Julien Bengué le jeune propriétaire du Winerie qui a déjà ouvert en décembre. « Notre chai s’inscrit dans la tradition parisienne : sélectionner les meilleurs lots de vins, les faire transporter à Paris, les assembler et les y embouteiller » déclare le propriétaire en mettant l’accent sur son envie de ressusciter les halles aux vins de Paris.

« L’idée est de faire participer les parisiens à la production de nos cuvées. C’est pour cette raison qu’à partir des vendanges de 2017 nous vinifierons les meilleurs des cépages dans notre chai parisien » déclare Julien Bengué.

Les vignes parisiennes

Le propriétaire du Raphaël Michel, le négoce en vin, a mentionné « ces nouveaux chais apporteront de la fraîcheur au secteur viticole, en décomplexant le rapport au vin ». En effet, les nouveaux entrepreneurs proposeront aussi des ateliers et des sessions d’œnologie.

Le domaine du vin reste un peu fermé et poussiéreux, pour ces raisons que le vin français perd du terrain par comparaison à d’autres pays.

Même si les vignes existent encore à Paris, la production est assez faible, ne pouvons pas produire assez de vin. Mais si la réglementation des droits de plantation change à l’échelle européenne, cela permettra de planter des vignes en île de France. Et les viticulteurs pourront ainsi produire des vins de l’agriculture du Grand Paris. Mais pour l’instant, ce qui compte le plus pour la commercialisation du vin à Paris, c’est la qualité du vin.